[ 1] 
Ce sera peut estre
Le dernier ressort, sera peut estre
,
[ 2]  apres avoir essayé tout en vain, d'avoir recours en partie
[ 3]  à l'explication des anciens
qui estoit en usage
, devant qu'on a entendu
[ 4]  parler de l'experience de Torricelli et de la machine
[ 5]  de Mons. Guericke. Sçavoir que deux placques ne peuuent
[ 6]  estre separées,
même dans le
Recipient épuisé
;
ny les liqueurs purgées, détachées
[ 7]  du tuyau; sans qu'une matiere remplisse en même temps l'espace
entre deux placques, ou
dans le tuyau
entre la liqueur et la superficie interieure du tuyau
ou de la phiole:
[ 8]  qui demeureroit vuide sans cela, soit que
[ 9]  ce doiuue estre un air subtil, ou que ce soit une
[10]  matiere fluide etherienne; laquelle neantmoins
[11]  trouue quelque difficulté à passer par les pores
[12]  des placques, ou des vases.
Et c'est la nouuelle pression
conforme à celle
dont MonsieurHuguens, auquel nous sommes redeuuables de la demonstration d'une verité si importante, parle dans le Journal des Sçavants.
Mais toute la
difficulté
peine
[13]  sera d'expliquer,
comment
pourquoy il faut que le corps suspendu soit purgé d'air, et
pourquoy
comment par apres
une petite bulle d'air
[14]  née dans le tuyau plein de la liqueur purgée,
[15]  facilite le passage
à ce fluide
, pour faire tomber la liqueur,
personne n'ayant expliqué pourquoy ce fluide subtil doit enfler cette bulle, et ne peut sans cela remplir la place que la liqueur doit quitter. Car de dire que la bulle
ou le fluide qui est dedans elle
contient un certain effort, égale à celuy qui soûtient la liqueur purgée, cela ne se peut nullement expliquer,
au moins
partout; ce qu'on a mis en oeuure jusqu'à là, comme j'ay montré déja cy dessus. Car il n'est pas necessaire que la Bulle égale
tousjours
l'air du Recipient: de plus l'air du Recipient ne soûtient pas la liqueur
et le mouuement des fluides en tous sens est incapable de faire une pression égale de deux costez, la quantité des coups n'estant pas égale,
comme il est necessaire pour cet effect,
sans que l'ouuerture de deux costez soit égale, ce qui ne se trouue pas icy, la bulle pouuant estre moindre que la bouche de la phiole
. Mais, dira-t-on la pression du fluide subtil dans la bulle
d'air
, égale
pourtant
celle du même fluide dans l'air qui reste au Recipient,
c'est vray
la pression à present estant de deux costez
sur la liqueur suspendüe même selon l'hypothese que nous venons d'approuuer
. Il est vray, mais c'est aussi la question pourquoy ce fluide subtil, qui passe
asseurement
par
l'eau et le verre
le verre et la liqueur purgée, aussi bien que par la bulle d'air
(car si l'on me le nie, je le prouuerois par une experience
ne presse pas la liqueur
(puisqu'il faut qu'il passe neantmoins par le verre, pour entrer dans la bulle) ne presse pas sur la liqueur purgée, si non par la bulle. Et cette question resteroit tousjours, si même ce qu'on avoit avancé touchant le mouuement des fluides en tous sens,
pourroit estre soûtenu
pour en rendre raison de nos phenomenes
pour en tirer la raison de nos phenomenes, pourroit estre soûtenu
.
[16] 
On sera donc obligé peut estre de dire, que la dite
[17] 
matiere fluide
Comme
donc
c'est le noeud de la question, voila ce que j'ay trouué jusqu' à là de plus vraysemblable
pour developper cette difficulté
: je crois donc, qu'on sera peut estre obligé, de dire, que ce fluide subtil
, ne se peut remuer, aisément,
[18]  que dans l'air, ou autre corps sensible; ayant de la peine d'entrer dans un lieu vuide
sans cela.
[19] 
Ce qui se confirme
. Et à fin qu'on ne prenne pas cela pour une pure supposition en l'air, je le confirme par une experience toute faite mille fois, laquelle quoyqu'elle sera peut estre jugée d'abord éloignée de nostre affaire;
j'espere pourtant
contentera peut estre les esprits estant approfondie. Je le confirme donc
par la nature surprenante de la
[20]  lumiere, les phenomenes de la refraction nous faisant
[21]  voir, que les rayons
entrent
passent
avec plus de difficulté par une matiere moins grossiere, s'ecartant d'avantage
[22]  de la perpendiculaire quand ils
entrent dans l'air,
sortent de l'eau ou du verre, dans l'air,
[23] 
que quand ils
rencontrent l'eau
entrent de l'air dans l'eau
ou verre;
duquel phenomene embarassé jusqu'à là je crois
avoir trouué une demonstration nouuelle toute claire et mecanique, que je proposeray ailleurs. Le fait cependant, estant posé pourquoy n'oserions
[24]  nous pas dire,
que le fluide subtil, qui passe
[25] 
avec plus de peine les
corps pl
matieres
qu'un tel fluide subtil, insensible
[26] 
entre avec plus de peine dans les matieres sensibles les plus
subtiles; et
[27] 
entre
avec grandissime les lieux vuides, ou dépourveus
[28]  de tout le corps grossier ou sensible, voire
[29]  de l'air même. Donc
la matiere
ce fluide
subtil quoyqu'il puisse
[30]  passer par le verre et par l'eau, ne pourra pas
aisément
remplir incontinent l'espace quitté
par la placque inferieure ou la liqueur purgée quand elles tombent, s'il ne s'y trouue point d'air, ou autre corps sensible qui succede. Au reste il est assez evident, pourquoy la bulle ne fait tomber la liqueur purgée, qu'estant arrivé au point B. (fig.
4
1
.
) c'est à dire à l'espace CD-B qu'elle pourra remplir, apres que la liqueur sera tombée (la nature n'entreprennant rien au dela de ses forces.) Car la partie de la liqueur purgéeAB estant soûtenüe par le ressort de l'air qui reste dans le Recipient E.E. et la partie CD-B estant suspendue par la force unitive: la bulle d'air, comme elle n'a rien a démêler avec l'air du Recipient E.E. (l'espace CD-B estant assez grand pour la loger, à moins qu'elle,
ne soit
l'ayant rempli ne se trouueroit
trop contrainte et moins dilatée que l'air du Recipient, qui par consequent
en ce cas,
cederoit un peu, et le point B. tomberoit au dessous de la hauteur que le ressort de l'air du Recipient peut soûtenir) ne commence d'agir, qu'estant arrivée, à la partie de la liqueur, suspendüe par la force unitive dont l'effect a dependu entierement de l'absence de la bulle, puisqu'il faut que la liqueur pour estre suspendüe (autrement que par la pression de l'air,
trouuée par Torricelli,)
soit purgée d'air. Ce n'est pas donc merveille, qu' à l'arrivée de la bulle, la liqueur tombe. Je pourrois donc finir icy si je ne me trouuois obligé de faire auparavant une remarque de consequence pour toute la philosophie naturelle; car
[31]  comme il y a des philosophes, qui font difficulté, et
[32]  pas tout à fait sans raison, d'avoüer des pores dans
[33]  le verre ou autres corps solides
sans que l'experience les y oblige absolument
il y a
il est bon d'admoneter qu'il y a
icy de quoy leur satisfaire
[34]  aussi, en tournant un peu la facon de parler
. Car cela
[35] 
posé, il faut
dire
se servir
, et en se servant
[36]  de la propagation des pressions ou efforts
[37]  au lieu du passage d'un fluide subtil.
Et peut
Il se trouuera
Un lieu vuide
c'est à dire sans autre
pression
effort ou impression que celle
il va recevoir
qu'on luy va donner à present,
estant incapable d'en recevoir,
si ce n'est
que des momentanées ou passageres; les veritables ou effectifs, ne se fixant que par une resistence des pressions
ou efforts
qui se trouuent déja dans ce lieu. Car d'ailleurs, on trouuera
[38]  peut estre, que le même moyen suffira à nous desembarrasser
[39]  de toutes les difficultés de la rarefaction et condensation
[40]  sans
supposer
employer
l'interposition d'une matiere subtile
qui passe par les pores des corps
: Surtout
[41]  si la nature du corps, ou de la Matiere, consiste dans
[42]  le Mouuement ou Effort, au lieu de l'Extension, comme il y a
[43]  de l'apparence. Par consequent la condensation ne sera
[44]  qu'une augmentation, et la rarefaction ne sera qu'une
[45]  diminuation des Efforts;
plus matiere, c'est à dire plus
une certaine quantité de matiere, c'est à dire
[46]  d'effort, estant tantost repandüe par un grand espace, tantost
[47]  concentrée dans un petit, sans qu'on doiuue
avoir
de la penetration des dimensions peur
plus avoir peur
[48] 
de ces deux grands phantômes
de la philosophie mal fondée
d'une philosophie
peu asseurée
peu fondée: de la penetration des dimensions
(que quelques uns ont crüe impossible, même au Toutpuissant. La question s'estant échauffée à l'occasion des controverses de l'Eucharistie)
pour la
[49] 
condensation, et duVuide
pour la rarefaction
et duVuide
.
[50]  Mais
plus de loisir, necessaire à une examination meure et rigoureuse, nous fera juger
si cette opinion, dont je crois parler le premier, a
[51]  autant de solidité qu'elle a de l'apparence.


all layers on
all layers off
last version
text layer 1
text layer 1.1
text layer 1.2
text layer 2
text layer 2.1
text layer 2.2
text layer 2.2.1
text layer 2.2.2
text layer 2.2.2.1
text layer 2.2.2.2
text layer 2.2.2.3
text layer 2.2.2.3.1
text layer 2.2.2.3.2
text layer 2.2.2.3.3
text layer 3
text layer 4
text replacement
deletion 1
insertion 1
insertion 1.1
insertion 1.2
insertion 1.3
insertion 1.3.1
insertion 1.4
insertion 1.5
insertion 1.6
insertion 1.7
insertion 2
insertion 3
editor's change


back to index