[ 1]  cette Hypothese, supposons dans la fig. 2 deux
[ 2] 
corps polis, dont les superficies interieures AB et CD
[ 3]  sont exactement contigües,
lesquels soyent
suspendus dans une liqueur
[ 4]  ou matiere fluide EF, toute troublée par une infinité
[ 5]  de vagues en tous sens et lignes
sensibles
imaginables. Il
[ 6]  est manifeste, que tous les coups que ces deux
[ 7]  corps reçoivent des vagues de la liqueur contribuent
[ 8]  à la conservation de leur contiguité contre une
[ 9]  separation directe; puisque tous les coups donnent
[10]  contre les superficies
interieures
exterieures
, opposées l'une
[11]  à l'autre, et font les corps estre pressez l'un
[12]  vers l'autre. Car tous les coups que le corps
[13]  AB peut recevoir viennent d'E vers F et
[14]  tous ceux qui rencontrent le corps CD viennent
[15]  de F vers E. Voila la substance de cette Hypothese.
[16]  L'Objection a esté faite, que cela seroit veritable
[17]  si les corps AB, et CD estoient sans pores; mais
[18]  comme ceux mêmes, qui introduisent cette matiere
[19]  fluide
invisible
, plus subtile que l'air, luy font
[20]  passage par les corps les plus solides, il s'ensuit
[21]  que les superficies interieures des corps contigûs,
[22]  mais poreux, seront aussi frappées par le mouuement
[23]  de la matiere.        Car comme il
paroist
est à voir
dans
[24]  la 3me figure, toutes les lignes
des vagues ou
du mouuement
[25]  qui viennent du costé d'E comme gik et lmno
[26]  et qui passent par les pores du corps AB comme i vel m
[27]  rencontrent necessairement ou un autre
[28]  pore
dans le corps opposé CD le coup de la vague
[29] 
lm rencontre n en quel cas
le coup de la
[30] 
vague
ce coup passe outre
vers o
sans s'arrêter ou contribuer
[31] 
à l'union ou desunion: ou les lignes des coups
comme n dans le corps opposé CD
comme
ou la superficie interieure du dit corps opposé,
ou il est solide et sans pore.
ou la superficie interieure du dit corps CD
ou
[32] 
a un endroit solide et sans pore
comme k
En premier
[33]  cas si
les coups
les lignes des coups qui viennent
la ligne du coup qui vient
[34]  du costé d'E comme
gik et lmno, et qui
[35] 
passent par les pores
lmno, et qui
[36] 
passe par un pore
du corps AB comme par
[37] 
i vel m rencontrent dans le corps opposé CD
[38] 
m rencontre aussi
[39] 
un pore comme n dans le corps opposé CD
;
[40]  alors le choc du coup lmn passe outre vers o
[41]  sans s'arrester aux corps, et sans contribuer à leur
[42]  union ny desunion. Mais en dernier cas si
[43]  la ligne du coup
gik
qui vient du costé d'E
et passe par le pore i
[44] 
comme gi, donne contre k
endroit solide et sans
[45]  pore de la superficie interieure du corps opposée CD
[46]  ce coup, et tout autre de cette nature
[47]  repoussant le corps CD vers F sans toucher
[48]  au corps AB tachera de separer
[49]  le corps CD du corps AB et contribuera à leur
[50]  la desunion.       
[51]  La Reponse
à cette objection
que ceux qui soûtiennent cette
[52]  Hypothese nous ont donnée, est telle: que les coups


all layers on
all layers off
last version
text layer 1
text layer 1.1
text layer 1.2
text layer 2
text layer 2.1
text layer 2.2
text layer 2.3
text layer 3
text layer 3.1
text layer 3.2
text replacement
deletion 1
insertion 1


back to index