[ 1]  produit une varieté de mouuements inconceuable,
[ 2]  en tous sens, et par toute sorte de lignes. Car quoyque
[ 3]  cette multitude en effect soit finie, et qu'il n'est
[ 4]  pas possible, que le mouuement soit veritablement
dans la rigeur Geometrique
[ 5]  en tous sens, parce qu'une ligne de mouuement croisant
[ 6]  l'autre tout le mouuement cesseroit en un moment;
[ 7]  neantmoins comme la liqueur est divisée en
[ 8]  tant de petites parties, il est aisé à concevoir, comment
[ 9] 
un
presque tout
point sensible assigné puisse estre frappé dans
[10]  toute autre ligne sensible et de tout autre
[11]  point sensible de la même liqueur. Parce que tous
[12]  ces poincts, et toutes ces lignes sensibles sont
[13]  comme des mondes à l'egard de la subtilité
[14]  dont la nature est capable par une subdivision
[15]  continuelle.        Mais il est question
[16]  à present, si ce mouuement des Liqueurs
[17]  peut estre la cause de l'union des corps purgez d'air.
[18]  Et je crois qu'il est manifeste,
[19]  quelque raison
exterieure à l'egard des corps joints
qu'on veuille apporter de ces
[20]  phenomenes, qu'il faut presupposer
dans ces corps
une solidité
[21]  primitive, independente de cette raison. Car
supposons
posons
[22]  que les placques, ou tout autre corps, soyent pressez
[23]  l'un vers l'autre
par un mouuement
, il faut
[24]  asseurément presupposer les placques
[25]  mêmes, ou quelque corps que ce puisse estre, (quoyque
il soit
liquide,
[26]  comme l'eau ou le mercure) déja formé et
[27]  muni d'une certaine
grossiereté et
connexion de ses
[28]  parties, pour ne tomber pas en pondre. Puisque toutes
[29]  ces Raisons
et pressions
sont fondées sur ce
[30]  que les corps joints ne se pouuant détacher aisement,
[31] 
qu'ensemble
qu'avec toutes leurs parties ensemble
en sont empechés par des
[32] 
matieres liquides
qui ne se peuuent aussi aisement
qu'il est besoin
[33]  insinuer à cause de la figure et connexion des
[34]  corps
attachez
joints
difficile à estre changée et
[35]  rompüe.        C'est pourquoy Galilaei ayant
[36]  expliqué
toutes
la fermeté
des corps sensibles par
[37]  le phenomene des placques
et
supposant les corps
[38]  solides composez de quantité de telles petites placques;
[39]  seroit obligé de passer plus outre, et de rendre raison
[40]  de
l'union
la
solidité d
fermeté de
ces petites placques mêmes,
[41]  pour parvenir à la derniere resolution de l'essence de la
[42]  solidité
primitive
. Laquelle ne peut estre autre que celle
[43]  du mouuement ou effort uniforme.       
[44]  À present laissons à part la solidité primitive,
(quoyqu'il a esté necessaire de remarquer combien elle est differente de la sensible)
[45]  et
cherchons pour
reprenant nos phenomenes,
[46] 
cherchons d'ou puisse
venir l'union de deux placques,
[47]  ou autres corps purgés d'air, et
apres avoir
[48] 
puisqu'il n'y a
point de glüe, au moins entre
[49]  les placques; voyons si ce qu'on a dit ingenieusement
[50]  pour cet effect
en se servant
du mouuement des fluides
[51]  en tous sens, dans une lettre
[52]  imprimée il n'y a gueres longtemps, peut contenter
[53]  l'esprit.        Pour faire comprendre parfaitement


all layers on
all layers off
last version
text layer 1
text layer 2
text layer 2.1
text layer 2.2
text replacement
deletion 1
insertion 1


back to index